ADAM


ADAM
ADAM

En hébreu, le nom commun adam , toujours employé au singulier, signifie «homme» en tant qu’espèce et non en tant qu’individu de sexe masculin. L’étymologie en est discutée. Le récit de la Genèse (II, 7) l’a rapproché du mot adamah , «terre», mais c’est peut-être là jeu de mots significatif plutôt qu’étymologie véritable. Ce nom d’adam est employé dans les récits de la création de la Genèse (I, 3) avec l’article ha , ce qui, en hébreu, montre qu’il s’agit d’un nom commun. Peu à peu, il a été compris comme un nom propre: déjà dans certaines parties de la Genèse (IV, 25; V, 3-5), où manque l’article, dans le livre des Chroniques (I Chron., I, 1), vers 350 avant J.-C., et dans la tradition grecque des Septante. Adam est le père de l’humanité dans le judaïsme, et dans les traditions chrétienne et musulmane.

Le livre de la Genèse, élaboré dans une société patriarcale traditionaliste, contient un exposé de l’histoire où le destin d’un peuple, d’une tribu, d’un clan, d’une famille est à la fois préfiguré et déterminé par le sort d’un ancêtre lui donnant son caractère propre et son nom: ainsi d’Israël et de ses tribus, d’Édom, d’Ismaël, de Cham et de Canaan, etc. Ces récits relatifs à un ancêtre éponyme schématisaient sans trop d’artifice des faits réels de tradition familiale ou nationale. Il était, dès lors, obvie d’attribuer à l’humanité entière un ancêtre commun, «l’homme», ha adam , en qui se résumerait tout ce que l’on voulait dire de l’espèce dans son ensemble. Cela supposait implicitement une vue, qui n’était pas si répandue dans l’Orient ancien, selon laquelle le genre humain était une unité dont les membres avaient une égalité fondamentale et des devoirs mutuels de bienveillance et d’entraide.

Ainsi se constituèrent les récits relatifs à la création, à la condition originelle et au péché de l’homme. Ces textes furent ensuite compris comme retraçant le destin d’un individu réel, premier père véritable de toute la famille humaine. Le goût pour les constructions imaginaires, et aussi des conceptions anthropologiques nouvelles, religieuses ou philosophiques, provoquèrent ultérieurement des développements abondants, brodant sur le canevas beaucoup plus sobre du récit biblique.

Il ne sera question ici que de la création et de la condition initiale d’Adam, non de la chute et de ses conséquences [cf. PÉCHÉ ORIGINEL].

De la Bible à la gnose

Dans la Genèse, un récit plus ancien, bien que placé en second lieu (Gen., II, 4-25), décrit la formation de l’homme, modelé avec la glaise du sol, puis animé par le souffle de Dieu, qui en fait un être vivant, placé alors dans un jardin divin planté d’arbres fruitiers luxuriants. Dieu lui interdit de goûter aux fruits de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, l’invite à donner un nom aux animaux, enfin lui octroie une compagne qui lui soit adaptée, la femme formée d’une partie de son côté. L’union du premier couple doit être le prototype des mariages ultérieurs. La nudité ne provoque alors aucune honte.

Un récit encyclopédique plus récent, bien qu’il ouvre la Genèse (I, 1 - II, 4), place la création de l’homme à la fin de l’œuvre créatrice et l’exprime en termes plus abstraits. L’humanité est constituée à l’image de Dieu; elle comporte les deux sexes, mâle et femelle; elle est destinée à peupler et à dominer la terre. Tel est le donné initial, sur lequel se sont greffés ensuite bien des développements.

On trouve chez le philosophe juif Philon, au début du premier siècle de notre ère, un effort d’interprétation rationnelle, qui devait inspirer bon nombre de Pères de l’Église. D’autres écrits vont dans une direction franchement imaginative. Le corps d’Adam, d’une grande beauté, était gigantesque et s’étendait de la terre au ciel. Les anges reçurent l’ordre de rendre hommage à cette créature, image de Dieu. Tous s’inclinèrent à l’exception de Satan, qui fut chassé du ciel et devint l’ennemi de l’homme. Certains auteurs pensent que le premier être humain avait deux faces et deux sexes: la formation de la femme consista à séparer cet être double en deux moitiés.

L’Islam, dans le Coran et dans des écrits postérieurs, a repris certaines traditions extra-bibliques, juives ou chrétiennes. Un trait original du Coran (II, 28-32) est que les noms de toutes choses furent enseignés directement par Dieu à Adam, au lieu que celui-ci les imposât de lui-même.

Les systèmes gnostiques, tout en les remaniant profondément, ont mêlé à leurs spéculations des données relatives à Adam, puisées dans la Bible ou le judaïsme, par exemple le caractère androgyne de l’homme primitif. Cela ressortit à une étude de la gnose.

La tradition chrétienne

Outre les données de la Genèse, la tradition chrétienne doit tenir compte d’un nouvel élément, l’enseignement de saint Paul qui met en parallèle avec Adam, homme terrestre, le Christ, à la fois rédempteur et homme parfait, spirituel, dont nous devons porter l’image. Les Pères de l’Église ont aussi été influencés, plus ou moins inconsciemment, par des conceptions philosophiques, comme celle de l’idéal stoïcien du sage, maître impassible de toutes ses réactions.

Selon saint Irénée (fin du IIe s.), Adam a été créé dans un état d’imperfection relative, analogue à celui des enfants, c’est-à-dire de développement incomplet des facultés spirituelles. Pour saint Grégoire de Nysse (seconde moitié du IVe s.), Adam jouissait d’une sorte d’état angélique. Si les sexes existaient dans l’innocence première, c’était en prévision de la chute.

Mais celui qui devait exercer la plus profonde influence sur la théologie ultérieure fut saint Augustin (début du Ve s.). Pour lui, la nudité sans honte du premier couple dans le paradis montre que la sensibilité était totalement sous la motion de la volonté aussi longtemps que cette volonté était soumise à Dieu. Toutes les passions de la sensibilité et les mouvements des organes sexuels étaient alors déclenchés par la décision volontaire, comme les mouvements de la main dans notre condition présente. Adam était donc exempt de la concupiscence que nous éprouvons actuellement. De même il n’était pas soumis à la mortalité et à la souffrance. Sa vie terrestre terminée, il aurait été transféré dans un état meilleur et glorieux, sans passer par la corruption.

Ces vues ont été reprises à peu près telles quelles dans la tradition théologique occidentale, avec des variations dans le vocabulaire et la systématisation rationnelle. À partir du XVIIe siècle, elles ont subi, de la part de la philosophie et de la critique biblique, des mises en question de plus en plus radicales concernant soit leur conformité au donné de la Genèse, soit la vérité objective de ce dernier.

Les figurations d’Adam sont innombrables dans l’art chrétien, depuis les fresques des catacombes romaines au IIe siècle et les bas-reliefs de sarcophages au IVe. Ces images sont inspirées, en proportions diverses, par le désir de proposer un enseignement religieux, ou par le goût pour la représentation du nu. Le crâne et les ossements placés au-dessous de certains crucifix sont ceux d’Adam, conformément à la légende ancienne d’après laquelle la croix aurait été dressée au-dessus de la sépulture d’Adam, lui apportant ainsi le salut.

Pour ceux qui reconnaissent au récit biblique une valeur plus ou moins grande de révélation religieuse, des questions doctrinales peuvent se poser.

Ainsi dans la nudité du premier couple (Gen., II, 25) faut-il voir l’exemption de la concupiscence, la maîtrise absolue de la volonté sur les réactions sexuelles, selon la pensée de saint Augustin et de la théologie médiévale? Ou signifie-t-elle que, dans l’innocence première, la défiance et le mépris mutuels n’ont pas envahi les rapports entre individus et que n’existait pas alors la dévaluation sociale résultant de la nudité, aux yeux d’Israël? Cette seconde interprétation ne fournit plus une base solide aux déductions théologiques édifiées par saint Augustin sur sa propre conception de la perfection originelle d’Adam.

Le récit du jardin d’Eden est-il à concevoir comme décrivant, avec quelques traits symboliques, la création et les expériences d’un premier couple, ancêtre unique de toute l’humanité, ou s’agit-il d’un mythe exprimant à la manière des mythes, c’est-à-dire sous la forme d’un événement concret, une vue de l’humanité et de sa condition? Dans ce cas, le texte biblique n’est pas pour autant privé de vérité, bien qu’il ne s’agisse plus d’un fait individuel, mais d’une représentation schématique de certaines vérités générales sur l’homme, sa destinée, le rôle d’un héritage spirituel à travers les générations. Cette seconde interprétation, d’abord présentée dans des réductions purement philosophiques des récits bibliques sur Adam par des auteurs comme Spinoza ou Kant, se répand assez largement et s’allie fréquemment avec l’appréciation de la profondeur religieuse du texte.

Une telle interprétation doit s’appuyer avant tout sur la considération du genre littéraire des chapitres en question. Mais elle a été favorisée par un facteur extrinsèque: le développement des sciences de la vie a mis en cause, rendu de moins en moins probable, puis inacceptable, la création instantanée de l’homme et, à un moindre degré, la dérivation de tout le genre humain à partir d’un seul couple. Ce sont les deux questions de l’évolutionnisme et du polygénisme. Si le conflit entre l’évolutionnisme biologique et la vérité religieuse de la Bible apparaît maintenant comme dépassé, il n’y a pas encore unanimité sur la question du polygénisme. Toutefois, ceux-là même qui n’acceptent pas personnellement la perspective polygéniste reconnaissent souvent qu’elle n’est pas exclue rigoureusement par l’Écriture ou le dogme catholique.

Adam
nom attribué par la Bible au premier homme, issu, selon elle, de la matière et animé par Dieu. Il fut chassé avec ève, sa compagne, du Paradis terrestre pour avoir osé manger le fruit de l'arbre de la science du bien et du mal. Père de Caïn, d'Abel, de Seth et de plus. autres enfants.
|| LITT Jeu d'Adam (XIIe s.), le plus anc. drame écrit en fr. (dialecte normand, env. 1 000 vers).
————————
Adam
(Adolphe Charles) (1803 - 1856) compositeur français; auteur du ballet Giselle (1841) et du célèbre noël Minuit chrétien.
————————
Adam
(Robert) (1728 - 1792) architecte et décorateur écossais. Il travailla avec ses trois frères et donna son nom à un style ornemental néo-classique.
————————
Adam
(dit le Roi). V. Adenet.

⇒ADAM, subst. masc.
Nom donné dans la Genèse (IV, 1 et 25) au premier homme (cf. BOUYER 1963, p. 15 : ,,Dans les premiers chapitres de la Genèse, Adam apparaît non seulement comme le premier individu de l'espèce humaine, mais comme l'homme primitif en qui l'humanité naissante, faute d'avoir donné sa foi à la parole divine qui la sollicitait, s'est laissé entraîner dans la désobéissance des puissances spirituelles révoltées contre le Créateur.``).
Entre dans un certain nombre de locutions :
Pomme d'Adam. Nom vulgaire donné à la partie saillante du cartilage thyroïdien :
1. Au pharynx fait suite le larynx; celui-ci est composé : 1° d'un cartilage mobile, l'épiglotte,... 2° De deux autres grands cartilages superposés dont l'un le thyroïde (...) a la forme d'un livre ouvert, ou encore d'un bouclier aplati sur ses côtés et saillant en avant pour former au devant du cou la pomme d'Adam, et dont l'autre le cricoïde (...) en forme de bague avec chaton dirigé en arrière, porte à sa partie postérieure, deux autres petits cartilages,...
BARATOUX, La Voix, 1912, p. 6.
2. Depuis moins de trois ans qu'il n'avait revu Amédée, il le trouvait vieilli de plus de douze ans; ses joues étaient rentrées, sa pomme d'Adam ressortie; l'amarante de son foulard exagérait encore sa pâleur; son menton tremblait; ses yeux vairons roulaient d'une manière qui eût dû être pathétique et n'était que bouffonne;...
A. GIDE, Les Caves du Vatican, 1914, p. 812.
3. Dans l'échancrure de la chemise, Antoine aperçut le cou décharné, la pomme d'Adam saillante entre deux cordons tendineux. Le tremblotement de la mâchoire accusait la morne immobilité du front; ce crâne massif, ces larges tempes plates, ces oreilles, avaient en ce moment quelque chose de pachydermique.
R. MARTIN DU GARD, Les Thibault, La Sorellina, 1928, p. 1146.
Fam. La fourchette, le peigne, le mouchoir d'Adam, du Père Adam. Les doigts :
4. Fourchette du père Adam, les doigts. — Se servir de la fourchette du père Adam, manger avec les doigts.
L. RIGAUD, Dict. du jargon parisien, L'Argot ancien et moderne, 1878, p. 159.
5. Mouchoir, fourchette ou peigne d'Adam, les doigts.
G. DELESALLE, Dict. argot-français et français-argot, 1896, p. 5.
Costume d'Adam. Nudité. En costume d'Adam, en habit d'Adam. Complètement nu (comme Adam [et Ève] avant la chute. Cf. Genèse, II, 25 : ,,Or tous deux étaient nus, l'homme et sa femme, et ils n'avaient pas honte l'un devant l'autre.``) :
6. Habit du père Adam. Complètement nu.
L. RIGAUD, Dict. du jargon parisien, L'Argot ancien et moderne, 1878, p. 186.
Ne connaître qqn ni d'Ève ni d'Adam. Ne pas le connaître du tout :
7. ... Ne connaître ni d'Ève ni d'Adam une personne, ne la connaître aucunement, même en remontant très loin dans le passé. — Ne pas dire, comme qqs-uns : Ne connaître ni des lèvres, ni des dents.
VERR.-ON. t. 1 1908, p. 14.
Être frères du côté d'Adam. ,,Être sans lien de parenté identifiable.`` (GOTTSCH. Redens. 1930, p. 354).
Être de la côte d'Adam, se croire de la côte d'Adam, se croire sorti de la côte d'Adam. Être ou se croire de haute origine, avoir une grande prétention (comparer : se croire sorti de la cuisse de Jupiter) (cf. Genèse, II, 22 : ,,... de la côte qu'il avait tirée de l'homme, Yahvé Dieu façonna une femme et l'amena à l'homme...``).
Nous sommes tous de la côte d'Adam. ,,Nous sommes tous nés dans le péché.`` (GOTTSCH. Sprichw. t. 3 1938, p. 78).
N'avoir pas péché en Adam. ,,Être extrêmement vertueux.`` (GATTEL 1841).
Prononc. — 1. Forme phon. :[]. WARN. t. 2 1966 précise : [adam] si le nom ,,désigne un étranger``. Pour la 1re syllabe de ce mot, MART. Comment prononce 1913, p. 37, note 5, fait remarquer que ,,l'a est encore assez généralement fermé dans Adam, ...`` D'apr. FOUCHÉ Prononc. 1959, p. 85 ,,l[] a pour ainsi dire disparu dans (...) Adam``. 2. Forme graph. — Les finales en -am se prononcent : [], dans dam et Adam (cf. FOUCHÉ Prononc. 1959, p. 17), [] dans les mots lat. in memoriam, ad vitam... dans les mots étrangers macadam, ramdam, tam-tam, ..., et dans les noms anc. ou étrangers Abraham, Agram, Amsterdam... 3. Dér. et composés : adamien, adamique, adamisme, adamite.
Étymol. ET HIST. — 1544 morceau d'Adam « pomme d'Adam » (A. PARÉ, Œuvres, éd. Malgaigne, Paris 1840, IV, 15 ds HUG. : La teste et extremité de la Trachée artere, qu'on appelle vulgairement le morceau d'Adam); 1644 os d'Adam « id. » (DURELLE, Onomatologie chirurgique, 78 ds QUEM. t. 1 1959).
Mot hébr. signifiant « homme ».
BBG. — BOUYER 1963. — FÉR. 1768. — FRIES t. 1 1965. — NELLI 1968. — PLAIS-CAILL. 1958.

Adam [adɑ̃] n. m.
ÉTYM. Mot hébreu « homme », désignant le premier homme, suivant la Genèse.
Nom propre entrant dans plusieurs locutions (notamment : la côte d'Adam), par allus. au texte biblique :
1 Le Seigneur Dieu forma donc l'homme du limon de la terre (…)
Et le Seigneur Dieu de la côte qu'il avait tirée d'Adam, forma la femme et l'amena à Adam (…)
Or Adam et sa femme étaient alors tous les deux nus, et ils n'en rougissaient point.
Bible (Sacy), Genèse, II.
2 Or Adam connut Ève sa femme, et elle conçut et enfanta Caïn (…) Elle enfanta de nouveau, et mit au monde son frère Abel.
Bible (Sacy), Genèse, IV.
Loc. Ne connaître qqn ni d'Ève ni d'Adam, ne pas le connaître du tout. — ☑ Se croire sorti de la côte d'Adam : avoir une grande prétention (→ De la cuisse de Jupiter). — ☑ La fourchette (le peigne) du Père Adam : les doigts, lorsqu'on s'en sert pour saisir des aliments (lorsqu'on les passe dans sa chevelure pour se coiffer).En costume, en habit d'Adam : complètement nu.
(1544, morceau d'Adam; 1644, os d'Adam). || Pomme d'Adam : saillie du cou, formée par le cartilage thyroïde. 1. Pomme (I., 2.).
Un adam : la représentation du personnage d'Adam. || Un adam et une ève du XVIe siècle, peints sur bois.
DÉR. V. Adamien, adamique, adamisme, adamite.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ADAM — (אָדָם), the first man and progenitor of the human race. The Documentary Hypothesis distinguishes two conflicting stories about the making of man in Scripture (for a contrary view, see U. Cassuto, From Adam to Noah, pp. 71 ff.). In the first… …   Encyclopedia of Judaism

  • Adam — may refer to: * Adam (name), a common given name and surname (list of people in that article)Adam, as a word or as an abbreviation, may also refer to:* Adam (Bible), the first man according to the Abrahamic religious tradition * Adam Kadmon, the… …   Wikipedia

  • Adam — bezeichnet: eine Person, die in der Bibel und dem Koran als erster Mensch benannt wird, siehe Adam und Eva den ursprünglichen Menschen in der kabbalistischen Lehre, siehe Adam Qadmon einen Familien sowie männlichen Vornamen, siehe Adam (Name)… …   Deutsch Wikipedia

  • Adam — • First man and father of the human race Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Adam     Adam     † …   Catholic encyclopedia

  • Adam — 〈m. 6〉 1. 〈nach bibl. Überlieferung〉 der erste Mensch 2. 〈fig.〉 der Mensch schlechthin ● den alten Adam ausziehen ein neuer Mensch werden; in ihm regt sich der alte Adam der sündhafte Mensch in ihm, der Mensch, der Versuchungen zugänglich ist; im …   Universal-Lexikon

  • ADAM — (Heb. אָדָם), city on the eastern bank of the Jordan River mentioned in Joshua 3:16 as the place where the Jordan ceased flowing at the time of the Israelite crossing. It also appears in the inscriptions of Pharaoh Shishak (10th century B.C.E.).… …   Encyclopedia of Judaism

  • ADAM (R. et J.) — ADAM ROBERT (1728 1792) & JAMES (1730 1794) Les architectes et décorateurs Robert et James Adam sont les fils d’un architecte écossais, William Adam. Ce dernier, déjà mêlé au courant du retour à l’antique qui depuis Inigo Jones triomphait en… …   Encyclopédie Universelle

  • Adam — Adam, Édouard Jean * * * (as used in expressions) Adam, pico de Adam, Robert Elsheimer, Adam Mickiewicz, Adam (Bernard) Oehlenschläger, Adam Gottlob Powell, Adam Clayton, Jr. Sedgwick, Adam Sienkiewicz …   Enciclopedia Universal

  • Adam — Sm erw. grupp. (12. Jh., als Appellativ) Onomastische Bildung. In der Bibel Name des ersten Menschen, zugleich hebräisches Wort für Mensch, Mann (hebr. ʾāḏām). Seit dem 12. Jh. verschiedene Wortverwendungen, die meist unmittelbar von Bibelstellen …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Adam — Ad am, n. 1. The name given in the Bible to the first man, the progenitor of the human race. [1913 Webster] 2. (As a symbol) Original sin; human frailty. [1913 Webster] And whipped the offending Adam out of him. Shak. [1913 Webster] {Adam s ale} …   The Collaborative International Dictionary of English